Notre histoire

L'HISTOIRE DE
BETH MOSCHE

Les premiers Statuts datant du 19 Juin 1914

Cliquez ici pour avoir les nouveaux statuts (01/01/2005)

 

 

Pose de la première pierre

 

 

Article sur la création de la synagogue par office du Tourisme du 93

 

Création Association 11-1946

 

Déclaration préfecture Pontoise 10-1946

 

Validation nouveaux statuts 01-2005

 

Manuel de lecture hébraïque (offert par Mr B. Aspis le 11/04/2010) datant de 1923

 

Catéchisme ou éléments d'instruction religieuse et morale (offert par Mr B. Aspis le 11/04/2010) datant de 1925

 

Rosch-Hachana 1929, la synagogue de la rue Clermont tonnerre à Aulnay sous Bois, est inaugurée. Soixante dix années se sont écoulées, et il m'a été demandé, non pas en tant que témoin, mais en tant que conservateur de la mémoire, de retracer l'histoire de cette communauté israélite, de sa création à nos jours.
Dans le courant des années 1927-1928, d'après les documents que j'ai pu consulter, et les récits qui m'ont été faits par la suite, plusieurs familles juives d'Europe centrale (Russie, Lituanie, Pologne, Allemagne, Autriche), fuyant les pogromes et les persécutions, ont trouvé sur le territoire français, un accueil et un havre de paix, après les terribles moments qu'elles venaient de traverser.
Pourquoi se sont-elles installées à Aulnay plus particulièrement ?
Sans doute parce que d'autres familles, de même origine, avaient déjà trouvé refuge dans la commune ou dans des communes avoisinantes.
Au fur et à mesure de leur arrivée, ces familles ont cherché à maintenir leurs traditions, notamment cultuelles, dans cette société où elles se sentaient à l'abri, et ont repris leurs activité d'origine, commerçants forains, commerçants sédentaires, tailleurs, médecins, artistes, etc…., ce qui leur a permis, sinon de vivre, au moins de survivre.
Dans les premiers temps de leur regroupement, nos coreligionnaires se réunissaient au domicile Mr Neumann au 52 de la rue du 14 Juillet à Aulnay sous Bois et avaient jeté les bases de la première Association Cultuelle Israélite, appelé " Société de Secours Mutuels d'Aulnay sous Bois - l' Avenir ", leur permettant ainsi de se retrouver et de célébrer les Offices religieux.
Il leur a fallu par la suite réunir des fonds pour envisager l'achat d'un terrain et construire une synagogue. Entreprise difficile à laquelle ils se sont tous attachés et avec l'aide de quelques familles Aulnaysiennes aschkénazes, ont réalisé l'acquisition du terrain de la rue Clermont Tonnerre, acheté le 05 Juillet 1927 auprès de Mme Loevel pour la somme de 4206,20 francs. Superficie du terrain 210,41 m².
Le 12 Août 1928, pose de la première pierre. La fête a commencé à 16 heures avec une nombreuse assistance. Mr Neumann, Président a ouvert la séance. Mr Baruch, vice-président, a mis en vente la pose de la première pierre et a encouragé l'assistance de son mieux pour la faire renchérir. La bonne volonté aidant , Mr Glaimann a offert pour la pose de la première pierre 1400 francs.
Après un premier devis de la société Toso effectué le 6 Aout 1928, les travaux débutérent.
La construction de la synagogue a été faite de leurs propres mains, dans le style du SHTETEL qu'ils venaient de quitter et ils l'ont équipé avec des objets de culte qu'ils avaient transporté avec eux, sépher torah, chandeliers (nous avons une Hanoukia de 1930), livres de prières, dont quelques vestiges subsistent encore aujourd'hui.
Et les fêtes de TICHRI 1920 ont pu être célébrées dignement dans une synagogue toute neuve.
La population juive d'Aulnay sous Bois était bien implantée, tant dans la partie Nord que dans la partie sud de la ville et comptait une cinquantaine de familles. Le quotidien semblait s'installer, malgré les informations devenues de plus en plus inquiétantes, en provenance de l'Allemagne nazie.
Puis 10 années ont passé. Arriva 1939. La guerre. 1940 la défaite, l'occupation, les premières lois raciales et à nouveau les persécutions.
Le 07 Octobre 1940, la synagogue fut fermée et les scellés apposés par l'autorité occupante 'Kreiskommandatur 761', après qu'un inventaire détaillé des meubles et objets mobiliers s'y trouvant avait été dressé. La population juive d'Aulnay subit le même sort qu'ailleurs en zone occupée.
La peur s'installa dans les familles face aux mesures prises par l'état. Les premières arrestations eurent lieu. Des familles furent séparées, d'autres fuirent ou se réfugièrent à grands risques dans les localités de la zone non occupée où ils ont eu à faire face à des situations non moins dramatiques. 1944, la Libération.
Les survivants, les dispersés reviennent à Aulnay, ils se comptent.
Hélas, il en manque beaucoup à l'appel.
Le 5 Septembre 1944, la synagogue est réouverte et constat est dressé qu'aucune dégradation n'y a été apportée. Elle est dans le même état que quatre ans plus tôt.
Nos coreligionnaires peuvent à nouveau se réunir et prier.
Le 15 Octobre 1946, une déclaration déposée par Mr René Meyer, alors Président, auprés de la sous préfecture de Pontoise, atteste de la création de l'Association Cultuelle Israélite, régie sous la loi du 1er Juillet 1901. Sont nommés Vice-Président Mr Aspis et Mr Rosenbaum, secrétaire Mr Rimmer, Trésorier Mr Sihortermann, secrétaire adjoint Mr Naubon, Présidents d'honneurs Mrs Asseb et Lapidus.
La joie des retrouvailles, le souvenir des disparus, le culte de leur mémoire, ont été les thèmes de réflexions en commun pendant les quelques années qui ont suivi ; mais encore une fois, hélas, cette communauté a mal survécu à ses malheurs, la vieillesse, la maladie et l'éloignement de certains ayant pu retrouver ailleurs une place qu'ils avaient perdu pendant cette tourmente, ont fait que son appauvrissement est devenu si grand, que les offices, même ceux des grandes fêtes, posaient problème à leur tenue.
Il n'était même plus possible de réunir un " MINYAN ". Cette situation perdura jusqu'aux années 60. C'est vers cette époque que nos coreligionnaires, rapatriés d'Afrique du Nord, étant informés de l'existence de cette synagogue sur le territoire de la commune, se sont joints petit à petit à ceux qui avaient maintenu ce lieu de culte ouvert.
De rite aschkénaze à l'origine, cette synagogue est passée à un rite séfarade. Qu'à cela ne tienne ! L'important est qu'elle soit.
A tout instant, hommage doit être rendu à ceux qui l'ont créée et à ceux qui se sont dépensés pour la maintenir. Les fondateurs ont bien évidemment disparu, et c'est nous, leurs successeurs, qui devons pérenniser leur œuvre fondatrice, dans l'intérêt de la communauté tout entière, du judaïsme et de ses institutions.

Le Président Mr André MEYER.